mercredi 11 septembre 2013

accueil



Le Minotaure, juin 2013. Haut. 210 cm, larg. 100cm.

                                      NÉS DE LA TERRE ET D'UNE MAIN VERTE

S'il y a dans toute chose de la Terre une part de sauvage qui se laisse apprivoiser, l'œuvre, car il s'agit bien d'une œuvre comme les landartistes ont fait de l'éphémère œuvre, Luc Boniface dresse des sculptures qui continuent de s'inventer d'elles-mêmes. Les éléments convoqués, l'eau et l'air, le soleil et le minéral s'aménagent une part de surprises qui laissent jaillir la poésie et l'étonnement. Il joue à dresser l'empirisme et à faire du hasard une science exacte. Réhabilitant les grands thèmes classiques de la sculpture à travers des figures de la mythologie, l'introduction de la modernité, dans un Grand Duc autoportrait ou dans une fleur Kebab qui s'effeuille, donne à cet art du végétal la possibilité de s'identifier. Le grand acteur de cet art du surgissement, c'est avec la pluie, la main de l'arroseur arrosé. Sculptures à voir et à toucher, sont le lieu du lit des épousailles de la chair et de l'esprit. A y regarder de près, les mousses et les plantes vertes composent des palettes aux variations multiples, selon qu'elles poussent vers la vie ou vers leur propre mort. Le temps des saisons, les intempéries du temps qui passe, y déclinent des gammes de jaunes, de bruns et de verts en mouvement avec et dans le paysage. Et sans l'humour omniprésent de l'artiste, les eaux des fontaines n'auraient pas le même goût.


                                                                                 Sophie Braganti             sophiebraganti.over-blog


Le Minotaure, détail.

Le Minotaure, détail

Le Faune, juin 2012. Haut. 220 cm, larg. 80 cm.

Le Faune, détail.

Apollon, hiver 2011. Haut 210 cm

Vénus, hiver 2011. Haut 200 cm

Le Duc, printemps 2011. Haut. 180cm, larg. 60 cm.
Kébab Flower, mai 2011. Haut. 170 cm, larg 80 cm.

                           Photos réalisées le 22 Août 2013 par Gabriel Fabre dans l'atelier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire